vendredi 27 juin 2008

Quelques nouvelles...


Almendralejo, un vendredi après-midi de juin, 37 degrés à l’ombre.

Chers vous. Me voici dans la dernière ligne droite de mon SVE. Inutile de vous préciser qu’en cette période le soleil se montre plutôt cruel, et que l’espérance de vie d’un glaçon ne dépasse que très rarement les 2 secondes. La chaleur accablante contraint l’être humain à ralentir son rythme, écourter son temps de labeur et rallonger ses siestes. En d’autres termes, il convient de faire la loque. J’estime avoir un certain entraînement en la matière.


En ce moment, les poussins sauvages s’essayent tant bien que mal à l’exercice du vol. Les baptêmes de l’air ne sont pas toujours probants. Nous courrons à la rescousse de ces chers petits crétins à plumes agonisant sur le pavé bouillant, les entrailles chaudes et le bec entrouvert, afin de les acheminer ici pour leur offrir le gîte et le couvert jusqu’à une prochaine libération. Ainsi rendus à la vie sauvage ils s’empresseront de partir pour l’Afrique ou ils se goinfreront comme des porcs avant de revenir forniquer en Europe au prochain printemps.

Nul besoin de préciser que les infortunés poulets qui ne survivent pas à leur chutes ont l’honneur de terminer leur existence dans nos assiettes, servis avec un verre de rosé et quelques pommes frites, quelle belle tombe n’est-ce pas ? (



Mes excursions à travers ces terres brûlantes - où l’air se froisse et ondule de milles flammes invisibles des les premières heures de la matinée – m’ont emmenées jusqu'à Granada. J’ai eu la chance de pouvoir enfin visiter la sublime Alhambra, la quintessence architecturale enfantée par les Maures qui eurent l’idée pas conne de rester quelques siècles sur ces terres ibériques, normal les femmes sont belles et y’a du chorizo pas cher.

La nuit suivante je passais la soirée dans un squat troglodyte, un antre de hippies sénégalais qui surplombe toute la ville. La vue incroyable me donna une folle envie de gambas flambées au pastis, mais je du me contenter de mais transgénique insipide. Je pestais silencieusement une fois de plus contre ces chiens de Monsanto qui mériteraient bien qu’on leur enfonce un faucon hydrocéphale enduit de tabasco dans l’anus. Mais je m’ègare. Finalement nous fîmes un feu et entonnâmes quelques fières chansons en wolof.

Que vous dire de plus, sinon qu’il me tarde de planter les crocs dans un fromage bien de chez nous et de retrouver ma maîtresse à quatre corde. Il me tarde le temps des barbecues entre amis ou l’homo sapiens s’abstient de commettre l’ultime blasphème, celui que les gens d’ici osent perpétuer chaque jour : mélanger du vin rouge avec du fanta…

Merci à tous de m’avoir lu, puissiez-vous connaître un bel été rempli de belles et bonnes choses.

Españadam’s

4 commentaires:

Cottoni a dit…

Hello, en direct de l'été anglais ( que 28°C ici ), il était temps que tu nous donnes quelques nouvelles... C'est toujours un réel bonheur de te lire !

Kiss,

cottoni

Anonyme a dit…

Salut,
Eh bien écoute c'est assez drole car je viens de répondre à une offre de SVE pour
Almendralejo à la DEMA... Je suppose que ce te subodore quelque chose de très actuel...En tout cas, tes écris m'ont vachement botté pour cette mission. Eh puis vu les photos et ce que tu décris, tout à l'air vraiment chouette.
Voilà c'était juste pour un petit truc drôle à te raconter.
bonne journée
romain

Aude a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Aude a dit…

Salut !
Je viens de découvrir ton blog, tout à fait par hasard, alors que je suis moi-même à la recherche d'un SVE en Espagne. En farfouillant dans LA base des projets, je suis tombé sur un se déroulant à... Almendralejo.. J'ai donc tapé ce nom dans google et... je tombe sur ton blog !
Et alors que je t'écris ces mots je suis en train de me rendre compte que quelqu'un m'a devancée d'un jour a répondu à ce même billet pour te dire sensiblement la-même chose. C'est dingue de voir que l'on est plusieurs à vouloir partir "faire de l'écologie" en Espagne, postuler pour le même projet et faire les mêmes recherches préparatoires !
J'aimerais bien que tu m'en dises plus sur ton expérience, la structure.... Histoire de savoir si cela vaut le coup que je continue à pondre ma lettre de motivation en anglais ou pas. :-) Merci beaucoup.

Profite bien de la fin de ton sve.

A bientôt?

Aude